Les stimulants, dopants et drogues sont interdits par la législation ou soumis à une réglementation très stricte. Et ce n’est pas sans raison : les risques sont vraiment importants.

Les stimulants sont des produits anti-fatigue ou plus exactement, ce sont des produits qui suppriment artificiellement la sensation de fatigue. Parfois, ils améliorent aussi l’humeur et la confiance en soi. Mais ils agissent pendant un temps très court.

Le problème, c’est que la fatigue reste bien présente, même si elle n’est plus ressentie. Alors, parfois, le corps craque : c’est le crash, un épuisement total dont on aura beaucoup de mal à sortir !

L’amélioration de la confiance en soi, avec ce type de produits, a aussi des effets pervers : on est sûr de ce qu’on dit ou fait, mais le nombre d’erreurs commises est significativement plus élevé.

Quant à l’amélioration des performances mentales, elle n’a été démontrée par les scientifiques que pour des tâches mentales très simples or le travail de préparation d’un examen est loin d’être une tâche mentale très simple !

Effets indésirables

Les stimulants de type amphétamines et dérivés ont été longtemps prescrits aux patients en régime amaigrissant. Ils sont désormais interdits.

Il faut savoir qu’on a pu observer, chez les individus un peu fragiles ou fragilisés, un certain nombre d’effets secondaires graves allant de l’euphorie à ce qu’on a appelé la psychose aux amphétamines (sensations paranoïaques et délire). Certaines personnes, même avec une faible dose, ont complètement «disjoncté», d’autres souffrent de confusion, d’agitation, de perte de repères dans l’espace et dans le temps. L’usage de doses importantes conduit quasiment toujours à une dépression.

Par ailleurs, le crash est très fréquent et très grave. Le corps a accumulé tant de fatigue (sans la ressentir) qu’il craque à un moment donné.

Il a été montré que certains de ces produits augmentent significativement le risque d’hémorragie cérébrale, surtout en combinaison avec d’autres substances chimiques. Sans aller jusque là, beaucoup de personnes se plaignent de maux de tête, de vertiges, de palpitations, d’insomnies,…

Une autre chose qu’il faut savoir, c’est que les stimulants perturbent le sommeil : même après l’arrêt de la prise, il faut souvent plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour que les troubles cessent et que le sommeil redevienne normal

 

Cerveau2
  Certaines drogues, comme la cocaïne, ont aussi des effets stimulants indiscutables. Mais leur utilisation est extrêmement dangereuse ! En plus de tous les problèmes liés à la drogue en général, la cocaïne est aussi responsable d’arythmies cardiaques, de crises d’épilepsie et d’infarctus du myocarde, même chez des individus jeunes et sans athérosclérose majeure !

Share this page