Vous est-il déjà arrivé, après avoir consommé de l’alcool, d’avoir la tête « en ébullition », d’avoir des maux de tête, le cœur qui s’accélère et des nausées ? Oui ? C’est que vous avez alors sans doute déjà connu le phénomène de la « gueule de bois », également appelé le « lendemain de la veille ».

 

gueule La « gueule de bois » est une période d'inconfort caractérisée par les malaises suivants : rythme du sommeil perturbé (endormissement rapide, éveil très tôt), sensation de soif, maux de tête, étourdissements, humeur maussade, irritabilité et nervosité, irritation de l'œsophage, de l’estomac, nausées, vomissements (accompagnés de sang dans les cas graves), amnésie (oubli de ce qui s’est passé après la prise d’alcool), ralentissement des réflexes, tremblements, odeur acétonique (acide) dégagée par l'haleine et le corps. Dans les cas graves, la gueule de bois s’accompagne de palpitations cardiaques et dans les cas extrêmes, elle peut engendrer un coma.

Il y a plusieurs causes possibles à ces symptômes : la déshydratation, la perturbation du cycle du sommeil, la destruction de la vitamine C, la chute de la glycémie, un déséquilibre des sels minéraux de l’organisme (calcium, potassium, phosphore), l’acidose (le pH du corps devient plus acide), l’irritation de l’œsophage, certains composants des huiles de fusel…
Les maux de tête pourraient s'expliquer par une substance toxique (l'acétaldéhyde) libérée durant la dégradation de l'alcool dans le sang, par des additifs présents dans certains produits ou par les impuretés que l'on peut trouver dans les alcools distillés.

Quelques conseils pratiques pour éviter ce phénomène :

  • boire beaucoup pour se réhydrater,
  • éviter les repas et boissons acides,
  • éviter le café qui accentue la déshydratation par son effet diurétique,
  • prendre de la vitamine C et un antiacide au besoin
  • lors des soirées arrosées, éviter les aliments salés (chips, cacahuètes…) car la consommation d'alcool avec les aliments salés accélère le processus de déshydratation
  • éviter les endroits enfumés car l'effet combiné de la fumée et de l'abus d'alcool est déconseillé puisque tous deux contiennent de l'acétaldéhyde, qui exerce une action particulièrement toxique sur le foie, et participe au phénomène de la gueule de bois
  • éviter le mélange alcool-médicaments car combinés à l'alcool, les antidépresseurs, neuroleptiques ou sédatifs peuvent empirer la gueule de bois.

Share this page