Accoutumance et dépendance aux tranquillisants


De nombreux médicaments entraînent une accoutumance (ou tolérance), cela signifie qu’on est sans cesse obligé d’augmenter la dose pour obtenir l’effet souhaité. En augmentant la dose, on augmente également les risques et les effets indésirables.
 
En outre, certaines substances comme les psychotropes, les benzodiazépines, par exemple, induisent une dépendance physique, comme une drogue, qui fait que le corps ne peut plus s’en passer. Cette dépendance peut apparaître très rapidement et le sevrage devient très difficile à cause des réactions physiologiques à l’état de manque parfois très douloureuses, voire insupportables (douleurs vives, tremblements, convulsions, ...).

Une autre forme de dépendance, qui peut être très intense, est la dépendance psychologique ou craving. Elle s’installe très rapidement et dure bien plus longtemps que la dépendance physique, parfois toute la vie. Pourquoi ? Vous avez constaté que tel médicament apporte un soulagement à telle souffrance et vous prenez l’habitude d’y recourir chaque fois que vous vous trouvez dans une situation similaire. Bientôt, vous en arrivez à ressentir une envie très forte, un besoin irrépressible de ce comprimé dont vous ne pouvez plus vous passer, parfois même lorsque la souffrance n’est pas encore là !
Amour

Share this page