Tranquillisants médicamenteux

Les tranquillisants et anxiolytiques ont de dangereux effets sédatifs ou soporifiques. Ils n’améliorent en rien les performances intellectuelles, que du contraire : leur consommation perturbe fortement le tonus mental et la concentration nécessaires à la mémorisation.

dodo

Les "benzo"

La plupart des anxiolytiques, comme la plupart des somnifères, font partie de la famille des benzodiazépines. Les molécules de cette classe sont bien connues pour leur effet calmant, voire lénifiant. Les personnes sensibles, ou qui absorbent des doses importantes, risquent de se sentir somnolentes, voire «zombies». Cet état empêche évidemment un travail efficace pendant les heures d’éveil. De plus, il a été montré que les anxiolytiques diminuent les performances de mémorisation et provoquent des pertes de mémoire !

Par ailleurs, si elles facilitent l’endormissement, il faut savoir que les «benzo» altèrent l’architecture du sommeil : elles diminuent la phase de sommeil profond réparateur. Après l’arrêt, les «benzo» ont encore des effets néfastes sur le sommeil, puisqu’ils peuvent entraîner une insomnie rebond !



Les « benzo » entraînent également une accoutumance et une dépendance psychologique et physique, parfois très rapide (3 semaines).

Si vous arrêtez brutalement, vous risquez des problèmes comme douleurs musculaires, dépression, irritabilité, transpiration excessive, diarrhée, ...

Si votre médecin vous prescrit des « benzo », il vous dira de ne pas absorber d’alcool, car cela augmenterait leur effet de manière nocive. Il vous dira aussi de ne pas conduire. Et jamais on ne vous en prescrira si vous êtes sous méthadone : cela pourrait vous être fatal

Le cannabis

Certains jeunes fument un petit «joint» pour se relaxer. Le cannabis est une drogue, douce peut-être, mais une drogue tout de même dont l’utilisation chronique a des conséquences physiques, psychologiques et sociales qui peuvent être extrêmement graves.

L’usage régulier du cannabis provoque, entre autres, des troubles de la mémoire et de la concentration et un relâchement intellectuel. Par ailleurs, vous risquez fort de vous sentir démotivé, anxieux, mal dans votre peau : pas du tout idéal en période d’examens !

Herbe

D’autres anxiolytiques ?

Alors, existe-t-il une solution de rechange ?
Un autre type de médicament ?
Un petit verre d’alcool ?
Une alternative non médicamenteuse ?

Share this page