Dormir pour bien mémoriser


zzzz La plupart des études montrent que les phases de sommeil paradoxal (phases de rêves) ont des effets facilitateurs de l’apprentissage. Durant la nuit qui suit un apprentissage, les informations encodées et traitées durant la journée sont consolidées. Plus on avance dans la nuit, plus les périodes de sommeil paradoxal sont longues. Pour un étudiant, c’est une étape importante dans l’intégration de la matière travaillée.

Ce n’est pas en utilisant ce temps de sommeil pour de la nouvelle matière (éventuellement proposée sous forme d’enregistrement sur un magnétophone) que nous «aiderons» nos rêves à remplir leur rôle de consolidation des apprentissages réalisés.

En outre, dormir, c’est récupérer. Une nuit blanche aura inévitablement un impact sur nos possibilités intellectuelles : nous risquons d’avoir une pensée moins flexible, d’avoir une tension qui fluctue, avec des moments d’apathie et d’autres de surexcitation. Tous ces effets sont néfastes pour la concentration et la mémorisation

Partager cette page