Compléments alimentaires à base de plantes


Depuis 1997 en Belgique, un Arrêté royal définit une liste de plantes dites non toxiques et une liste de plantes reconnues comme potentiellement dangereuses. Depuis cette publication, un industriel peut fabriquer et vendre un complément alimentaire à base des plantes figurant dans la liste des non toxiques. Il n’est même pas tenu de prouver que la plante utilisée dans le produit a réellement les vertus qu’il affirme, ni que la concentration du principe actif de cette plante dans les comprimés est suffisante pour avoir une efficacité quelconque.
Les plantes reconnues comme toxiques sont évidemment interdites, mais la liste publiée en 1997 est loin d’être exhaustive.

Par contre, pour les médicaments à base de plantes, la mise sur le marché est beaucoup plus difficile ; ils présentent l’avantage que leur qualité chimico-pharmaceutique est garantie par un contrôle constant et que les vertus thérapeutiques annoncées doivent avoir été démontrées : l’efficacité doit avoir été prouvée, ce qui constitue une garantie.

 

Il n’est pas rare qu’une plante se retrouve dans les deux produits (médicament et compléments alimentaires). Dans ce cas, leur qualité n’est pas comparable. En effet, les compléments alimentaires sont parfois (souvent) nettement sous-dosés : l’absence de toxicité est sans doute garantie, mais également l’absence d’efficacité ! Les prix sont en revanche nettement surdosés !

Prenons l’exemple du Ginkgo biloba ! La majorité des études scientifiques ayant mené à la mise sur le marché de médicaments utilisent un extrait standardisé environ 50 fois plus concentré par rapport à la poudre de feuilles. Or, sont commercialisés des compléments alimentaires ne renfermant que des formes nettement moins concentrées, voire diluées par rapport à la plante de départ. Paradoxalement, les firmes commercialisant certains de ces compléments alimentaires prétendent qu’ils ont un effet sur la mémoire et qu’ils «stimulent l’intelligence», alors que les scientifiques n’osent même pas encore prétendre que l’extrait concentré (utilisé dans les médicaments) a un réel effet sur la mémoire du sujet sain. L’effet sur la mémoire n’est en effet prouvé que pour des sujets âgés présentant des troubles cognitifs (dont la maladie d’Alzheimer).
Dopé

Share this page