La pratique de la chicha a commencé à se voir en Europe dans les années 80. D'abord dans des cercles fermés de personnes immigrées, originaires du Moyen-Orient, d'Asie ou d'Afrique; puis, depuis quelques années, des bars à chicha voient le jour dans les grandes villes, profitant notamment de l'image de plus en plus négative de la cigarette par le public.
Dans une ambiance orientale, colorée, parfumée, calme, les clients, en groupes de 4 à 8 personnes généralement, y côtoient les buveurs de thé…

Mais attention : ces lieux de rencontre ne sont pas toujours conformes à la loi…!
D’un point de vue légal, en Belgique, la loi interdit de fumer dans les lieux publics et sur les lieux de travail tout produit à base de tabac ou produit similaire. La chicha, composée essentiellement de tabac, est donc tout aussi interdite que la cigarette.

Dans les cafés et les établissements HORECA, la règlementation en vigueur est quelque peu différente, mais des normes claires existent.
En effet, si le bar entre dans la catégorie "café" (ce qui signifie que l'on y sert des spiritueux), on ne peut y fumer que si un extracteur de fumée y est installé ou s'il y existe une zone non fumeur bien distincte (si la superficie du bar est supérieure à 50m²). Si le bar entre dans la catégorie "autres établissements HORECA" (donc si on n'y sert pas de spiritueux), il est interdit d'y fumer, excepté dans un fumoir à condition que celui-ci réponde à des normes
très strictes.
Concrètement, très peu de bars à chicha répondent à ces normes, et en les fréquentant, que ce soit en tant que fumeur ou que simple accompagnateur, on s'expose à une quantité de fumée extrêmement élevée.
Interdit2

Share this page