Effets indésirables des analgésiques


Tous les  médicaments analgésiques ont des effets indésirables. Nausées, constipation, douleurs d’estomac et somnolence sont les problèmes les plus fréquemment rapportés. De plus, anti-inflammatoires et analgésiques diminuent le tonus mental et peuvent générer des maux de tête qu'ils sont pourtant censés combattre : gênant lorsque l'on doit étudier !

Pour éviter ces désagréments et d’éventuelles lésions à l’estomac ou au duodénum, un dosage précis est extrêmement important.

Lisez avec attention les notices pour être au courant des effets indésirables, respectez les doses prescrites par le médecin et évitez le cumul de produits : deux médicaments différents peuvent contenir une même base dont la concentration dans le sang augmenterait alors dangereusement !

Les femmes enceintes doivent toujours consulter leur médecin avant d’utiliser un médicament ! En effet, certains médicaments sont tout à fait déconseillés au cours de la grossesse.

 Mode d'emploi  
       

L’aspirine

L’aspirine liquéfie le sang et irrite l’estomac, même à faibles doses. Prise en trop grande quantité ou associée à des anti-inflammatoires, elle peut entraîner des saignements de la muqueuse gastrique (décelables par une coloration noirâtre des selles) et surtout des douleurs abdominales importantes. A la longue, l’aspirine et d’autres analgésiques peuvent entraîner des lésions rénales très graves.

Cette toxicité est cumulative et apparaît après consommation étalée sur toute une vie de 1 à 2 kg d’antalgiques. Ne vous habituez donc pas à prendre trop souvent une aspirine ! Réservez-la pour les moments où vous en aurez vraiment besoin !

Chaque fois que vous avalez un comprimé d’aspirine, buvez un grand verre d'eau en position debout. Lisez la notice du fabricant et veillez, le cas échéant, à dissoudre correctement le comprimé, pour éviter qu’il ne se colle à la paroi de votre estomac.

L’aspirine et les anti-inflammatoires sont à déconseiller en cas d’ulcères gastro-intestinaux.

Le paracétamol

Le paracétamol, lui, produit beaucoup moins d’irritation du tractus gastro-intestinal. Cependant, une dose massive (nettement supérieure à la posologie conseillée) entraîne une toxicité hépatique grave.

 

 

Techniques non médicamenteuses efficaces contre la douleur

 

Pour soulager votre douleur, vous pouvez aussi penser à d’autres solutions, non médicamenteuses, qui pourraient vous aider à résoudre votre problème, sans effets indésirables.

  • la thermothérapie procure un soulagement par une sensation de bien-être et d’apaisement des contractures musculaires douloureuses : serviettes chaudes, coussins chauffants, lampes à infra-rouges, ...

 

  • la cryothérapie : thérapie par le froid : se montre efficace en cas d’entorse, douleurs de la colonne vertébrale, contusions musculaires, maux de tête, ...
 
   
  • la gymnastique appropriée, notamment pour les maux de dos.

 

  • la kinésithérapie, massages, relaxation musculaire, surtout pour des douleurs de tensions musculaires dues au stress

 

  • une bonne aération de la pièce, une humidification de l’air et boire de l’eau en quantité suffisante peuvent guérir des maux de tête.

 

  • les techniques de gestion du stress aident souvent

 

  • ...
 
     

Share this page