La législation belge et la plupart des législations européennes interdisent la vente de médicaments ailleurs que dans une pharmacie. Il n’existe donc pas de pharmacie par correspondance, ni de vente de médicaments par internet. Du moins la loi belge l’interdit, ce qui n’est pas nécessairement le cas pour les législations étrangères.

 

En revanche, les produits qui ne peuvent pas légalement être appelés médicaments, comme les compléments alimentaires, eux, peuvent être vendus n’importe où : dans les supermarchés, les boutiques «nature», sur catalogue par correspondance, sur internet, etc. Puisqu’ils ne sont pas contrôlés comme les médicaments, ni pour leur efficacité, ni pour leur qualité, ni pour leur innocuité, leur utilisation peut ne pas être sans danger. De plus, la plupart du temps, ils sont vendus très cher, surtout ceux à base de plantes, car les industriels profitent de l’effet de mode. A grand renfort de publicité, on peut faire croire au produit miracle...

De nombreux produits interdits de vente (et donc d’achat) en Belgique, non sans raisons, peuvent se retrouver dans le catalogue d’une boutique virtuelle, sur internet. L’identité et la localisation du fabriquant sont très souvent dissimulées quand le produit est frauduleux. Vous risquez de ne jamais recevoir vos achats considérés comme non autorisés, parce qu’ils ont été bloqués lors de l’importation… et vous ne serez nullement remboursé des sommes versées !
Serp


Si vous achetez des produits sur internet, vous devez savoir que certains pays, à l’autre bout du monde notamment, ont des législations et des contrôles beaucoup moins stricts que les nôtres. Il n’est pas rare que des produits soient contaminés par des pesticides, des produits chimiques ou des métaux lourds. Plusieurs produits différents peuvent porter le même nom, selon le pays où ils sont fabriqués, mais un produit acheté à l’étranger n’a pas forcément la même composition que celui que vous achetez en Belgique. En outre, la notice d’utilisation de produits vendus en ligne risque de n’être, ni correcte (erreurs, traduction approximative ou erronée, voire informations mensongères), ni complète (posologie, précautions d’emploi, interactions avec d’autres substances, ...).

La plus grande prudence s’impose donc si vous êtes un adepte de l’achat en ligne. Par exemple, évitez les sites web qui vantent leurs produits dans des termes comme «scientifiquement prouvé», «absolument sans risque», «découverte toute récente», «exclusivité», «composition secrète , ...

On y ajoute souvent des témoignages de personnes «guéries», mais êtes-vous sûr qu’ils ne sont pas inventés, et, s’ils sont vrais, qu’ils sont bien représentatifs ? Si ce sont des témoignages de médecins, êtes-vous sûr qu’il s’agit bien de docteurs en médecine avec un diplôme reconnu par une université compétente ? Etes-vous sûr que ces personnes ne sont pas financièrement intéressées aux profits de l’industriel ?

Enfin, dans ce type de commerce par Internet, il n’est pas rare non plus que les informations collectées sur les acheteurs (nom, adresse, pathologie, ...) ne jouissent d’aucune confidentialité.

C’est surtout votre santé que vous menacez, car acheter des produits en automédication peut lui être dommageable et/ou retarder la mise en place d’un traitement efficace.

Share this page