Nocivité de la chicha


Taux de CO inhalé

Quand on fume la chicha, on a l'impression d'inspirer une sorte de "vapeur parfumée inoffensive", beaucoup plus douce que la fumée de cigarette car on ne ressent aucune agression, irritation ou douleur dans les bronches et les poumons, même si on est non fumeur. Pourtant, contrairement à une idée bien répandue, le passage de la fumée dans l'eau n'a aucun rôle filtrant ou purificateur : les particules nocives ne sont que très partiellement retenues par l'eau. On inhale en fait beaucoup plus de fumée que lorsqu'on fume une cigarette; et l'inspiration étant plus forte, cette fumée pénètre plus profondément dans les poumons.
On considère même parfois qu'une seule bouffée de chicha équivaut à toute une cigarette !

Qui plus est, la fumée de la chicha contient beaucoup plus de monoxyde de carbone que celle de la cigarette puisqu'au CO du tabac, s'ajoute celui du charbon utilisé.

Enfin, la combustion étant incomplète en raison de sa température assez basse (autour de 400-450 degrés, contre 800-850 pour une cigarette), la fumée de la chicha est beaucoup plus irritante pour les voies respiratoires que celle de la cigarette.

Les risques liés au tabagisme passif ne sont, eux non plus, pas à négliger.
En effet, le volume de fumée rejetée dans l'air ambiant est également très élevé: entre 30 et 40 litres de fumée en moyenne pour une chicha, selon le nombre de fumeurs et la durée, contre 0,5 à 1 litre de fumée pour une cigarette. La fumée d'une chicha délivre donc autant de pollution au monoxyde de carbone (CO) que 15 à 52 cigarettes.
La quantité de monoxyde de carbone présente dans l'air dans les bars à chicha est de 4 à 10 fois plus élevée que ce qu'on considère généralement comme un niveau d'alerte à la pollution).

Goudron et nicotine

Il est fréquent de lire, notamment sur les paquets de tabac à chicha, que ce tabac ne contient absolument aucun goudron, mais ne vous laissez pas prendre : la quantité de goudron indiquée sur les paquets correspond au tabac non consumé. Or c'est la combustion de la substance végétale qui entraîne la formation de goudrons, composés cancérigènes…

 

Plomb 

Mendele

Métaux lourds

Le charbon qui sert à la combustion du tabac est déposé par-dessus celui-ci, sur un papier aluminium percé de trous. Il contient plusieurs types des métaux lourds (chrome, cobalt, plomb) dont les particules sont inhalées par les fumeurs. Il en existe des "naturels", en fibres de coco ou bois d'olivier, et d'autres auto-incandescents, dont l'allumage est beaucoup plus rapide, mais la toxicité encore plus grande, notamment en raison de la couche de chlore dont ils sont enduits.

Share this page