A côté des dépendances physique et psychologique, les spécialistes parlent aussi de dépendance gestuelle chez certains fumeurs.

"Vous vous trouvez dans un contexte où vous fumez habituellement et vous allumez machinalement une cigarette, voire plusieurs cigarettes les unes après les autres. Par exemple, vous allumez une cigarette, en tirez une bouffée, puis, concentré sur votre travail, vous la laissez se consumer lentement sans vous en rendre compte. Tout cela fait partie de votre rituel d'utilisation du tabac, sans que vous ressentiez pour autant à chaque cigarette beaucoup de plaisir."

Ce réflexe, cette dépendance gestuelle ou comportementale, est généralement celle qui pose le plus de problèmes au fumeur qui souhaiterait arrêter.

Pour ces fumeurs "à automatismes", il est difficile de rompre ces habitudes et ce réflexe perturbe la motivation à arrêter le tabac. S'ils y arrivent néanmoins, c'est un des dangers principaux de rechute, lorsqu'ils se retrouvent dans des situations autrefois associées à la cigarette (après un repas, après un effort de réflexion, dans un bar…).
En outre, les gestes d'allumer une cigarette, de tirer et d'expirer la fumée font aussi partie de ces habitudes dont il sera peut-être difficile de se départir, tout comme le goût de la fumée et les sensations liées à son passage dans les voies respiratoires.

Aussi les diverses aides au sevrage mettront-elles en évidence la vigilance que le nouveau non-fumeur devra mettre en œuvre face à cette forme de dépendance situationnelle.
Cigarettes2

Share this page